Imprimer

 À 4 H du matin, un homme de 60 ans est amené au service d’urgence pour une dyspnée d’apparition brutale qui l’a réveillé de sommeil et qui s’accentue depuis 1 heure environ.

ATCD : HTA essentielle sous traitement chronique, tabagique.
À l’examen : patient assis sur le bord du lit, jambes pendantes, agité, couvert de sueurs, il tousse avec des expectorations non purulentes,
Polypnée sifflante FR = 35 c/min, pouls = 130 b/min, TA = 20/11, Glasgow = 15/15, Température= 37°c, SatO2 à l’air ambiant = 85%. Glycémie capillaire = 1,2 g/L
L’auscultation trouve des râles sibilants et crépitants aux 2 champs pulmonaires prédominants aux bases, absence de souffle cardiaque.

Q1 : Devant ce tableau d’insuffisance respiratoire aigue, quel est le diagnostic étiologique à évoquer d’emblé?

Q2 : Énumérez les signes cliniques permettant d’évaluer la gravité de cette insuffisance respiratoire aigue.

Q3 : Énumérez, sans détailler, les moyens thérapeutiques immédiats à pratiquer.

Q4 : Voici l’ECG de ce patient, interprétez le.

 ECG

Q5 : Quel est votre diagnostic final ?

Durée du test : 5 min 

 


Réponses :

R1 : Insuffisance cardiaque aigue = œdème aigu du poumon (OAP)

R2 : Agitation, sueurs, fréquence respiratoire >30 c/min, tachycardie >120, SatO2 < 90%
R3 :

  1. Oxygène : par masque facial à haute concentration ou VNI
  2. Dérivés nitrés : Risordan
  3. Diurétiques : Furosémide

R4 : Rythme régulier sinusal, sus décalage ST de V2 à V6

R5 : Syndrome coronarien aigu ST plus compliqué d’OAP.