coup de chaleur, canicule, hyperthermieLe coup de chaleur (Heat stroke) est caractérisé par une élévation de la température centrale au-dessus de 40°C associée à des troubles neurologiques (délire, convulsions ou coma) et qui peut évoluer vers la défaillance multiviscérale et la mort. Le coup de chaleur survient lorsque la température centrale interne dépasse un niveau critique entraînant un dérèglement de la thermorégulation suivi d’une cascade de réponses cellulaires et systémiques. C’est une urgence médicale toujours d’actualité et plus fréquente qu'on ne le croit.

Selon le mécanisme, on distingue 2 catégories :
- le coup de chaleur classique résultant d'une exposition passive à des températures environnementales élevées, c’est la situation la plus fréquente.
- l’hyperthermie maligne d’effort ou d’exercice (Exertional heat stroke) résultant d'une hyperthermie élevée lors d'une activité sportive intense et prolongée.


Les publications sur ce sujet deviennent de plus en plus fréquentes suite au développement des connaissances scientifiques. La Japanese Association of Acute Medicine (JAAM) proposa ses critères de diagnostic du coup de chaleur en 2015 [1] et plus récemment des recommandations américaines [2] et chinoises [3] ont été publiées en 2019 et 2020.

PLAN DE L'ARTICLE :

I. ÉPIDÉMIOLOGIE

II. THERMOGENÈSE ET TEMPÉRATURE CORPORELLE
III. TABLEAUX CLINIQUES :

  • Coup de chaleur classique
  • Hyperthermie maligne d’effort ou d’exercice (Exertional heat stroke) 

IV. EXAMENS COMPLÉMENTAIRES
V. DIAGNOSTICS DIFFÉRENTIELS
VI. CONDUITE À TENIR DEVANT UN COUP DE CHALEUR
VII. CONCLUSION

À ce jour, il n'existe aucune définition universellement acceptée du coup de chaleur mais les publications récentes ont contribué à mieux connaitre la physiopathologie et les lignes directrices du traitement.
L’information et la sensibilisation de la population peuvent améliorer la prévention et minimiser les conséquences néfastes de ces accidents.
Un système d’alerte précoce de canicule et des plans d’intervention adéquats peuvent réduire le risque de morbidité et de mortalité lié aux vagues de chaleur.

 Lisez cet article en PDF : Coup de chaleur, hyperthermie maligne